Politiques agricoles, commerce international, souveraineté alimentaire, sécurité alimentaire, ,…: un blog de Gérard Choplin

Appel de Henri Lecloux (Belgique)

Tous les indicateurs nous annoncent de nouveaux excédents de lait qui vont, une nouvelle fois, toucher les producteurs. Cette crise du lait va menacer l’existence de la plupart d’entre eux, mais aussi rendre difficile, voire impossible, la transmission aux jeunes générations. Cette crise va engendrer de nouveaux drames familiaux et va mettre en danger nos territoires.

lactis

Tous les grands pays producteurs de lait de l’U.E. ont reconstitué leur cheptel et augmentent leur production de manière importante. L’augmentation cumulée de septembre 2016 à septembre 2017 est de +/- 439.000 tonnes. La poursuite de cette courbe ne peut changer au plus tôt avant l’été 2018.

De plus, tous les pays exportateurs mondiaux sont eux aussi en croissance.

Au stade où nous en sommes, l’effondrement des prix est prévu pour le printemps prochain. Or, des solutions existent  si nous agissons maintenant !

Comment ? En activant des instruments de crise pour réguler les surplus à venir. Or, ces instruments ont été proposés à la Commission mais n’ont pas été retenus. En effet, la réforme Omnibus votée en novembre ne les a pas prévus. L’UE remet en avant le paquet-lait, avec comme seul « fer de lance » l’organisation des producteurs (OP). Or, nous le savons tous, les OP n’ont aucun poids ni sur les volumes ni sur les prix.

La Commission ne tire aucune leçon des crises précédentes. La souffrance vécue dans les familles, les suicides chez les éleveurs, les jeunes qui se détournent du métier, faute de perspective de revenu et d’une vie digne, n’interpellent pas la Commission.

Et que dire des stocks de poudre de lait (350.000 tonnes) ! Les paysans et paysannes du sud voient arriver de la poudre de lait exportée chez eux à des prix en dessous de leurs coûts de production. Ils sont contraints de grossir les bidonvilles, voire d’émigrer vers l’Europe.

L’orientation actuelle de la Commission va prioritairement dans le sens d’une exportation vers les pays extra-européens et d’une mise en place de nouveaux accords de « libre » échange. Pour y parvenir, il est dans son intérêt que les prix soient bas dès le départ, chez les producteurs. Cette orientation est intenable.

La Commission reste sourde aux multiples appels des producteurs et des citoyens, mais reste à l’écoute des industriels de l’agroalimentaire. Elle sacrifie les producteurs sur l’autel « du dieu » du tout au marché.

Oui, nous pouvons éviter cette nouvelle crise en donnant priorité à la mise en place d’outils de régulation, en rendant rentable une multitude de fermes à taille humaine, en permettant aux fermes de prioriser la fonction nourricière de la population européenne, en soutenant des fermes qui font pâturer leurs vaches sur tous les territoires. Pas de lait sans pâture !

La Commission européenne doit avoir des indicateurs qui prennent les coûts de production en compte, qui englobent les piliers du développement durable, les accords sur le climat, les modèles agricoles qui permettent une vie digne des paysans.

La Commission doit envisager que le prix du lait soit calculé à partir de l’ensemble des valorisations du lait et non uniquement sur le beurre et sur la poudre, qui ne représentent que 25% des valorisations totales.

Il reste à souhaiter que l’impact de la contamination (par des salmonelles) des poudres de lait infantiles du géant Lactatis ne brise pas la confiance de nos importateurs.

Cette crise rappelle que miser prioritairement sur l’export est vulnérable. Elle nous prouve également que la grande industrie laitière n’est pas nécessairement un gage de sécurité en termes d’alimentation.

Il est urgent pour l’UE de tirer les leçons des crises précédentes et de suivre les recommandations du Comité européen des Régions en faveur de la régulation du marché. Puisse l’UE et toutes les instances politiques bien mesurer les enjeux qui se profilent à l’horizon.

Henri Lecloux.

Janvier 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :