Politiques agricoles, commerce international, souveraineté alimentaire, sécurité alimentaire, ,…: un blog de Gérard Choplin

exploitation laitière

Exposé de Guillaume Cros, Vice-Président de la région Occitanie, Rapporteur du Comité européen des Régions sur l’avis de prospective sur la  PAC après 2020.

7 juillet 2017, conférence PAC de la DG AGRI, Bruxelles

Mesdames, Messieurs,

Merci à la DG AGRI d’avoir organisé cette conférence très importante. En tant que rapporteur du Comité européen des Régions pour l’avis de prospective  PAC post 2020, je vous remercie de nous donner la parole pour vous faire part de nos observations et de nos recommandations, telles qu’elles ont été adoptées à une large majorité par notre Commission des Ressources Naturelles le 1er juin dernier.  (Le vote en plénière aura lieu le 12 juillet).

 

Les  enjeux majeurs auxquels nous faisons face  nous obligent à  repenser la PAC, afin d’en faire une politique JUSTE, DURABLE, ET SOLIDAIRE au service des agriculteurs, des territoires, des consommateurs et des citoyens.

Les enjeux sont importants pour les agriculteurs – la question des revenus est très clairement posée, celle aussi de la santé des agriculteurs, et de  leur détresse (un agriculteur de ma région s’est suicidé il y a quelques jours).

C’est un enjeu aussi pour nos territoires : on doit pouvoir vivre normalement à la campagne, sur nos territoire ruraux, on doit pouvoir s’y cultiver, s’y transporter, on doit pouvoir y innover et , bien sûr, avoir accès à l’ensemble des services publics.

C’est un enjeu pour les citoyens : il y a un souhait de plus en plus de proximité, de qualité des produits, et aussi d’une plus grande participation aux décisions, du niveau local au niveau européen.

Enfin il y a un enjeu très fort également aux niveaux climatique et de biodiversité, et l’agriculture doit pouvoir jouer tout son rôle pour y répondre.

Donc, nous le voyons, sans  légitimité économique, sociale, environnementale, sans légitimité territoriale et internationale, la  survie de la PAC ne sera pas assurée.

Or aujourd’hui, que constatons-nous ?

  • une grande partie des agriculteurs vendent leurs produits à perte et ont un revenu indigne de leur travail,
  • les paiements directs sont très inégalement répartis,
  • la biodiversité, le climat, l’environnement, la santé publique paient un tribut trop lourd aux modes de production agricole industrialisés,
  • trop de territoires ruraux se vident de leur substance économique, tandis que la production agricole se concentre dans certaines régions,
  • certains de nos produits agricoles continuent d’être exportés à des prix inférieurs à nos coûts de production, au détriment d’agriculteurs de pays tiers.

Pourtant le potentiel et la diversité de nos territoires ne demandent qu’à être valorisés à leur juste niveau et  la demande croissante des consommateurs pour des produits alimentaires locaux de qualité est une chance à saisir.

Face à la grande volatilité des prix agricoles, incompatible avec une bonne résilience des exploitations agricoles, nous considérons que la REGULATION DES MARCHES  est, pour beaucoup de secteurs de production, plus efficace et moins coûteuse que le déclenchement de mesures de crises à posteriori.

Sans prix agricoles justes, sans reconnaissance économique, les jeunes se détourneront de ce métier.

La fausse solution d’assurances-revenu profiterait sans doute davantage aux compagnies d’assurance qu’aux agriculteurs.

Nous recommandons une répartition juste de la valeur ajoutée et des marges dans les filières en mettant tous les acteurs autour d’une table, pouvoirs publics et consommateurs inclus, en modifiant le droit de la concurrence si nécessaire.

Nous demandons à l’UE de peser de tout son poids de premier importateur et exportateur mondial de denrées alimentaires pour modifier les règles du commerce international de 1994, dans le sens de relations commerciales plus justes et plus solidaires.

Nous préconisons que les paiements directs par hectare soient plafonnés et modulés par actif agricole. Mieux vaut des campagnes vivantes et l’installation de nombreux jeunes agriculteurs que de grandes exploitations industrialisées difficiles à transmettre.

Nous souhaitons un verdissement qui accompagne les agriculteurs dans la transition vers des modes de production bénéfiques à l’environnement, à la biodiversité et au climat : par exemple la rotation des cultures, le maintien des prairies permanentes, le non traitement chimique des zones d’intérêt écologique,…

Avec des prix plus justes et plus stables grâce à la régulation des marchés, avec un plafonnement des paiements directs, nous ferons des économies dans le premier pilier  et pourrons rééquilibrer le budget PAC en faveur du 2e pilier pour un développement  durable et solidaire de nos territoires ruraux.

Parmi les priorités que nous recommandons dans le 2e pilier, je soulignerai :

  • le soutien aux circuits courts,
  • le soutien à l’innovation technique et sociale pour des modes de production et de transformation durables,
  • le soutien à la restauration collective se fournissant en produits bio ET locaux,
  • le soutien à une économie diversifiée dans les territoires ruraux…..

Pour le développement rural non agricole, nous recommandons, entre autres,  le maintien des initiatives LEADER, un rééquilibrage budgétaire des fonds structurelles dont la contribution au développement rural  a fortement diminuée, une plus grande synergie et une simplification des ressources des différents fonds européens, ainsi que l’adoption d’un « agenda rural », nécessaire pour réaliser l’objectif de cohésion territoriale de l’UE.

Pour conclure, je veux dire que ce que nous ferons de la PAC sera un indicateur de l’ambition que nous avons pour l’avenir du projet européen. L’enjeu est de taille : nous devons redonner  espoir dans l’Europe à tous les européens. La nouvelle PAC doit y participer. Il en va, je crois, de l’existence même de l’idéal européen.

Je vous remercie de votre attention.

VIDEO de l’exposé: www.transfernow.net/47jf1781gv58

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :