Politiques agricoles, commerce international, souveraineté alimentaire, sécurité alimentaire, ,…: un blog de Gérard Choplin

interview publiée SOS Faim sur son site web en décembre 2016

https://www.sosfaim.be/wp-content/uploads/2016/12/defis_sud_demain_choplin.pdf

«Vers la fin de la mondialisation?» –  Europe en panne, tensions géostratégiques, mondialisation en recul, puissance du lobby agro-industriel, effondrement possible… Gérard Choplin laisse peu de place à un avenir radieux. À moins que le coût des dégâts du néolibéralisme et les initiatives de résistance contribuent à faire bouger les lignes, par exemple en faveur d’une agriculture paysanne.

Défis Sud: Peut-on être plutôt dans une optique optimiste ou pessimiste en matière d’agriculture paysanne pour le futur ?

Gérard Choplin: Cela fait une trentaine d’années que je suis les politiques en matière d’agriculture au niveau européen et international et j’essaie toujours de relier les enjeux et les débats sur l’agriculture avec les enjeux géostratégiques et militaires. Un seul sous-marin – par exemple chinois – à l’entrée de la Manche, et c’est tout le trafic pour Rotterdam Anvers, Hambourg, Londres, et plus, qui est bloqué. Allez à Anvers et demandez combien d’heures de réserve de soja ils ont. On peut tenir quelques jours maximum. On est dans des flux très importants et qui se sont accrus. L’Union européenne, brillant élève à l’OMC, est devenue le premier importateur et exportateur alimentaire mondial. On a construit des politiques agricoles où importer et exporter sont les priorités. C’est pour cela que Via campesina a réagi en 1996 en lançant le concept de souveraineté alimentaire. L’Union européenne et les autres pays avaient perdu leur souveraineté sur leur politique agricole. Celle-ci a été complètement formatée par des règles internationales du commerce. Mais aujourd’hui, le commerce mondial est en recul. Peut-être que l’époque des « Trente Glorieuses » du néolibéralisme est en train de se terminer, alors qu’on assiste en même temps à une augmentation des tensions et du réarmement des grandes puissances (la Russie place des têtes nucléaires dans l’enclave de Kaliningrad, la Grande-Bretagne modernise son armement, tandis les États-Unis viennent de décider de consacrer entre 60 et 70 milliards de dollars à la modernisation de leurs armes nucléaires). C’est très inquiétant… Mais d’un autre côté, un nombre croissants de citoyens réagissent et s’engagent dans une foule d’initiatives locales de production-consommation de produits agricoles et alimentaires, et pas seulement au Nord. Bien sûr, la question est de savoir si la somme de ces initiatives locales peut faire changer les règles. Je dirai donc qu’il y a à la fois des raisons d’être pessimiste face aux impasses environnementales, sociales, de santé,… issues du néolibéralisme; et optimiste quand on voit, en réaction, les initiatives de résistance et de nouvelles formes d’échanges qui se multiplient.

DS: Dans ce contexte, quel type d’agriculture a-t-il de l’avenir ?

GC: Actuellement coexistent des formes d’agriculture industrialisée, d’agriculture en voie d’industrialisation, d’’agriculture traditionnelle sans évolution technique et puis ce qu’on peut appeler des formes d’agriculture «paysanne» pratiquées par des agriculteurs ayant remis en cause leur processus d’industrialisation ou bien par des jeunes motivés par les nouvelles formes d’échange avec les consommateurs Si agriculture industrialisée et agriculture paysanne coexistent, il y a quand même une forme qui détruit l’autre. L’ancien commissaire européen à l’Agriculture Dacian Ciolos disait, dans les débats sur la réforme de la PAC en 2013, qu’il y a de la place pour toutes les agricultures, mais ce n’est pas ce qu’on constate, ni dans l’Union européenne ni au Sud où l’on sait bien que des implantations capitalistiques prennent la place de beaucoup d’exploitations que l’on peut qualifier de paysannes. Dans l’Union européenne, 3% des exploitations cultivent 50% de la surface agricole. Et comme les aides de la PAC sont versées par hectare, sans plafond, les subventions sont aussi concentrées que les surfaces. À travers le budget de la PAC, les contribuables financent donc surtout les grandes exploitations… Il y a de moins en moins d’agriculteurs en Europe et, au Sud, on connaît le phénomène d’accaparement de terres. Je n’ai donc pas l’impression qu’on aille vers une coexistence pacifique des deux types d’agriculture, qui sont tellement contradictoires. En même temps, les couches les plus riches de la population veulent avoir accès à de très bons produits de qualité ne venant pas de l’agriculture industrialisée. Elles ont besoin de niches avec des produits pour elles, qu’elles vont trouver dans quelques magasins très chics. Cette coexistence-là peut perdurer. Mais ce n’est pas de cela qu’on parle quand on dit qu’on veut développer l’agriculture paysanne: elle a vocation à nourrir le plus grand nombre, et s’oppose donc à l’industrialisation de l’agriculture. S’il y a cohabitation des deux types d’agriculture, ce n’est donc pas une cohabitation stable et le processus d’industrialisation continue. Il faut voir le dégraissage auquel on assiste en agriculture! Ce sont plusieurs Caterpillar agricoles chaque année, mais on n’en parle pas. C’est comme si c’était normal. Une société développée serait une société sans paysans ! La concentration agricole continue. Si on veut une autre politique agricole, il faudra gérer la question délicate des régions d’’élevage industrialisé qui se sont développées dans plusieurs régions d’Europe, près des grands ports d’importation, comme la Flandre. Comment en sortir tout en laissant la possibilité à de petites exploitations de vivre de l’agriculture? Il faudra une période de transition qui n’est pas aisée à mettre en place, mais il faut absolument le faire, car le changement climatique, la qualité de l’alimentation et les nombreuses externalités négatives de l’élevage industrialisé nous y obligent.

DS: Ces arguments pèsent-ils dans la balance des décideurs ?

GC: Pour l’instant, le lobby agro-industriel est trop puissant. Les banques, les grandes firmes agroalimentaires et la grande distribution ont une surface financière et économique assez puissante pour dicter leurs lois aux gouvernements. Ceux-ci n’ont que le pouvoir politique, ce qui n’est pas beaucoup dans nos sociétés telles qu’elles fonctionnent. C’est la limite de notre forme actuelle de démocratie, où l’oligarchie financière a plus de pouvoir que le parlement élu. On l’a vu dans l’élaboration des réformes de la PAC, ou bien par exemple dans les crises porcines. Dès que le prix du porc descend trop bas, les exploitations perdent de l’argent et les plus grosses encore plus. Comme des centaines de milliers d’euros ont été investis par grosse exploitation, les gouvernements sont prêts à les soutenir, eux et leurs banques, à coups de millions. Avec cet argent, on pourrait soutenir le développement d’exploitations porcines paysannes, mais le lobby agro-industriel veille à faire financer ses pertes par les contribuables. Pareil pour la réforme de la PAC: avant d’arriver aux propositions législatives, le lobby agro-industriel, les banques, les industries agroalimentaires, et le Copa (Boerenbond, FWA) sont passés par là et il ne reste plus grand-chose de la réforme initiale, ou s’il en reste quelque chose, cela passe à la trappe à l’étape suivante, car ils sont assez puissants pour influencer leurs ministres et leurs députés. Il arrive néanmoins que l’opinion publique soit plus forte et que certaines législations ne passent pas. Si on n’avait rien fait, les vaches aujourd’hui seraient piquées à l’hormone laitière, et on cultiverait des OGM.

DS: Que pensez-vous des prix pratiqués dans l’agro-industrie?

GC: L’écart s’est creusé entre la courbe des prix agricoles et celle des prix alimentaires. En alignant les prix européens sur ceux du marché mondial à partir de 1992, on les a fortement baissés alors que les prix n’ont pas ou peu diminué pour les consommateurs. Il y a donc des milliards d’euros de marge gagnés sur le dos des producteurs. Je pense qu’on ne peut pas baser une économie agricole saine sur la vente à perte. Or la PAC c’est ça: les agriculteurs vendent trop souvent à perte et on leur donne des subsides. Ces subsides permettent à l’agriculteur de continuer à produire et vendre ses produits en aval à des prix inférieurs aux coûts de production.

Donc finalement les subsides profitent plus à l’aval qu’à l’agriculteur. Si on expliquait cela au consommateur-contribuable, si on lui disait qu’il y a autour de 40 milliards du budget de la PAC qui va surtout à l’industrie agroalimentaire et à la grande distribution, il ne serait sans doute pas d’accord. Notre économie agricole est basée sur un dumping économique. Qu’on puisse vendre à perte, conjoncturellement, cela peut arriver, surtout pour les fruits et légumes, mais que ce soit structurel et que ce soit une volonté délibérée pour augmenter les marges, c’est impensable. Comment voulez-vous convaincre des jeunes à devenir paysans en leur disant: «Écoutez, vous allez vendre à perte… mais ne vous inquiétez pas, Bruxelles va vous verser une prime…au moins jusqu’à la prochaine ré- forme. » Passer d’une politique de prix à une politique de primes a été un outil puissant de restructuration de l’agriculture européenne. Pour le Sud, c’est pareil: quand on oblige ces pays à importer des produits moins chers que ce qu’ils peuvent produire, on les ruine. Et l’UE y va fort en forçant les gouvernements africains à signer les accords APE.

DS: Comment sortir de ces incohérences ?

GC: Certains se demandent si ce n’est pas déjà trop tard… Pablo Servigne, dans son livre sur l’effondrement, reprend les analyses prospectives faites par le Club de Rome en 1973, qui annonçaient un effondrement de notre système économique vers 2030 si on continuait à produire et consommer au même rythme accéléré. Il y a quelques années, un étudiant australien a vérifié si les prédictions étaient justes de 1973 à 2010 et, stupeur, la réalité colle exactement aux prévisions. Cela ne présage rien de bon. Pour certains, la priorité n’est plus de réformer les règles du commerce international car c’est trop difficile et trop tard, mais de prévoir des modes de vie autonomes de subsistance. En espérant que cela se passe pacifiquement, ce dont je ne suis pas sûr, vu l’évolution des stratégies militaires. Au fur et à mesure que les réserves de pétrole diminueront, sa recherche deviendra de plus en plus stratégique. Or l’Union européenne n’a pas de politique de défense autonome, donc a peu voix au chapitre. L’UE est en panne de sens depuis que le Mur est tombé et que son Marché unique se dissout dans la mondialisation néolibérale. Le Brexit en est un symptôme. Pourtant, on peut envisager une Europe autrement, et elle ne doit pas nécessairement être néolibérale.

DS: La puissance du secteur agro-industriel et la mondialisation suffisent-elles à expliquer les incohérences des politiques européennes ?

GC: Quand un président français se fait élire en promettant qu’il va s’attaquer aux intérêts financiers et qu’une fois au pouvoir il s’y soumet, cela veut dire que les élus actuellement n’ont pas assez de prise sur les grandes décisions économiques. Le lobby de l’industrie et de la finance auprès des institutions européennes est très puissant. Quelle que soit l’alternance politique, les gouvernements en Europe ont tous pratiqué une politique néolibérale, dont les dégâts, jusqu’à présent, ont été quelque peu amortis grâce à nos systèmes de protection sociale. Mais maintenant que les politiques d’austérité commencent à détricoter les acquis sociaux, ce tampon-là disparaît et l’on voit surgir le risque, comme dans les années 1930, du populisme d’extrême droite. C’est bien sûr inquiétant. Mais l’histoire n’est pas écrite et on peut aussi faire confiance en notre humanité. Voyez le film Demain, soyons aussi créatifs que les initiatives montrées dans le film, mais ne soyons pas naïfs. Ne perdons pas de vue les enjeux internationaux et stratégiques.

◊ Propos recueillis par Sabine Schrader

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :