Politiques agricoles, commerce international, souveraineté alimentaire, sécurité alimentaire, ,…: un blog de Gérard Choplin

19 juin 2008

Le rejet du traité de Lisbonne: une chance à saisir

Le vote des Irlandais le 12 juin montre , après celui des Hollandais et des Français en 2005, le décalage entre l’Union Européenne, ses représentants politique, son administration et une majorité de ses citoyens. La leçon de 2005 aurait dû susciter, de la part des instances européennes, l’animation d’un grand débat dans tous les Etats Membres sur le sens de l’UE, ses valeurs, ses objectifs, et donc ses politiques.

Or nous n’avons eu droit qu’à un rafistolage pressé du traité constitutionnel, transformé en traité dit simplifié de Lisbonne, que les Etats membres ont espéré faire adopter à la sauvette par leurs Parlements, sans vrai débat citoyen sur l’UE. On ne peut « faire l’Europe » sans ses citoyens.

Les zones rurales d’Irlande , comme les villes, ont majoritairement voté non, malgré les fortes pressions, malgré les accords pour le oui entre les organisations agricoles et le gouvernement. Le secteur agricole est en effet l’un des plus menacés par les politiques néo-libérales de l’UE.

– La PAC a été réformée en dépit du bon sens depuis 15 ans : au lieu de renforcer sa légitimité par un soutien réparti plus justement entre les agriculteurs, entre les secteurs, entre les pays, l’UE a donné l’argent des contribuables aux plus grands producteurs, a négligé certains secteurs et discriminé l’Europe Centrale. Au lieu de favoriser une agriculture paysanne familiale durable sur tout le territoire, l’UE a fait disparaître des millions d’ exploitations et concentré la production dans des exploitations plus grandes, plus intensives, plus intégrées  à l’agro-industrie, qui ne brillent pas par leur multifonctionnalité, leur consommation d’énergie, leur rejet de CO².

–  Les éleveurs irlandais sont confrontés à l’augmentation des importations de viande bovine dans l’UE et un éventuel accord à l’OMC empirerait la situation. Ils doivent aussi faire face à un découplage total des primes de la production, qui pousse à abandonner une production de viande ou de lait coûteuse et exigeante en temps de travail. Alors auraient-ils dû voter oui, comme beaucoup leur demandaient ?? On vide les campagnes et on voudrait qu’elles votent oui ?

– Au lieu de faire de l’UE un continent exemplaire qui refuse des OGM inutiles au service de l’industrie semencière et chimique, l’UE refuse les régions libres d’OGM , refuse d’étiqueter les produits issus d’animaux nourris au soja/maïs OGM, et pense que les citoyens européens vont finir par changer d’avis : elle se trompe.

– l’UE a développé des politiques agricoles et commerciales ruineuses pour les économies rurales des pays du sud, qui fournissent aujourd’hui les millions de candidats désespérés à l’émigration vers l’UE.

L’UE est en panne de sens et manque de perspective. Alors qu’elle s’est construite à partir de frontières économiques, elle les dissout aujourd’hui dans la mondialisation néo-libérale, au moment où elle veut se construire politiquement. Et les citoyens voient leurs usines, leurs productions  partir vers des pays où les conditions de travail sont d’un autre siècle pour l’Europe. Non seulement les citoyens se demandent quels emplois vont pouvoir se développer ici, mais ils ne savent plus où commence l’UE , ni où elle finit, leurs transnationales ne connaissant plus de frontières.

Il faut donc débattre du sens et du rôle de l’UE dans la mondialisation actuelle et après la réunification de l’Europe. Tant que, dans ses politiques, la valeur de solidarité sera négligée au profit de la compétitivité (le plus souvent mal mesurée), les perdants, plus nombreux, voteront non.

Lorsque l’UE aura retrouvé un sens,

Lorsqu’elle aura mis les femmes et les hommes avant les capitaux,

Lorsqu’elle aura fait de la cohésion territoriale une politique et non un rapport,

….. alors ses citoyens s’approprieront l’Europe et résoudront les questions qui aujourd’hui semblent insolubles.

….. alors ils pourront refonder la PAC pour en faire une politique agricole légitime, juste, solidaire, et durable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :