Politiques agricoles, commerce international, souveraineté alimentaire, sécurité alimentaire, ,…: un blog de Gérard Choplin

Une délégation de la Coordination Paysanne Européenne (CPE) participera à Seattle, au sein du mouvement paysan mondial VIA CAMPESINA, à la mobilisation internationale vis à vis de l’OMC.

La CPE a désapprouvé l’accord GATT de Marrakech sur l’agriculture. Elle en demande aujourd’hui une évaluation détaillée avant d’entamer un tout nouveau Round. Partout dans le monde la situation de l’immense majorité des agriculteurs s’est aggravée et la sécurité alimentaire mondiale ne s’est pas améliorée. Les pratiques de dumping des USA et de l’UE, habillées de vert ou de bleu, continuent leurs dégâts au Sud et au Nord.

USA et UE ont décidé les règles de l’OMC qui leur permettent de dominer et contrôler les marchés agricoles.

Il est urgent que soit démasquée l’imposture du découplage de la production et du revenu. Celle-ci permet aux pays riches d’exporter en dessous de leurs coûts de production. Son objectif  est bien de fournir à l’industrie agro-alimentaire/grande distribution  les produits agricoles au plus bas coût et de conquérir des marchés extérieurs, souvent au dépend des agriculteurs locaux.

La position de l’UE est  très contradictoire:

  • l’UE veut protéger son agriculture, mais elle fait de l’exportation sa priorité n°1 (agenda 2000),
  • sa capacité exportatrice repose avant tout sur un mode de production très intensif basé sur l’importation d’intrants, d’où  l’hypocrisie du  “modèle européen” : la PAC en fait détruit ce que l’UE prétend défendre au  niveau international.
  • la multifonctionnalité mérite mieux que d’être utilisée pour habiller le dumping.

On ne pourra garantir la  sûreté alimentaire sans réformer l’accord sanitaire (SPS) actuel : il faut y appliquer le principe de précaution, en commençant par interdire l’utilisation des OGM dans l’agriculture et l’alimentation.

L’alimentation est un enjeu trop important pour les populations pour être contrôlé par quelques firmes et quelques Etats, sous la supervision de l’OMC.

La CPE et Via Campesina vont au contraire à Seattle pour y défendre la souveraineté alimentaire comme un droit des populations à définir leur politique agricole et alimentaire et assurer leur sécurité alimentaire, en dehors de tout dumping vis à vis des autres.

L’OMC n’est pas le lieu approprié pour traiter de l’agriculture, dont les produits ne sont pas une simple marchandise commerciale, et dont 90% ne sont pas exportés. C’est aux instances des Nations Unies qu’il faut confier cette tâche, avec la souveraineté alimentaire comme principe premier . La CPE demande donc le retrait de l’agriculture de l’OMC.

L’OMC ne peut rester une instance détenant tous les pouvoirs (fixation des règles, contrôle de leur exécution, et imposition de sanctions, avec une procédure peu transparente de règlement des différends).

La CPE se réjouit de la  forte mobilisation  prévue à Seattle, tous secteurs confondus: les négociateurs de l’0MC sont sous haute surveillance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :