Politiques agricoles, commerce international, souveraineté alimentaire, sécurité alimentaire, ,…: un blog de Gérard Choplin

COMMUNIQUE DE PRESSE CPE

Alimentation animale : chronique de scandales annoncés

La CPE propose de modifier profondément  la politique de l’alimentation animale dans la PAC et l’OMC . Elle fait des propositions pour garantir la sûreté alimentaire.

Les scandales à répétition de l’alimentation animale (ESB, dioxine, boues d’épuration,…) ne sont que la face visible d’un iceberg qui émerge avec peine vers l’opinion publique (1).

L’ESB n’a donc pas servi de leçon, preuve que chez les gouvernements les intérêts industriels prédominent devant les intérêts des populations.

Preuve aussi que les enjeux  autour de l’alimentation animale, qui touchent le cœur de la PAC et des accords OMC, sont considérables. En effet les règles de la PAC et celles de l’OMC  ont directement favorisé la mise en place d’une industrie puissante de l’alimentation animale s’approvisionnant au moindre coût possible, devenant en particulier une véritable poubelle de recyclage de déchets industriels (huiles de friterie, de vidange, boues ,….)

Tant qu’on traitera chaque scandale comme un accident sans mettre sur la table les questions de fond, on peut s’attendre à de nouvelles révélations.

La CPE propose donc que l’on débatte sérieusement des règles de la PAC et de l’OMC ayant trait à l’alimentation animale et fait des propositions de modification ; elle propose une série de mesures pour garantir la sûreté alimentaire dans ce domaine:

  1. alimentation animale et PAC : des distorsions catastrophiques depuis 1962 (2)

En 1962, lors de la mise en place de la PAC, les USA ont imposé à la CEE d’importer sans droits de douane les aliments du bétail, dont les USA étaient de grands exportateurs.

Cette distorsion  entre céréales bénéficiant de la préférence communautaire et oléo-protéagineux   importés sans taxe de toute la planète

–  a concentré et intensifié la production animale dans un petit nombre de régions maritimes d’importations,  avec les problèmes connus d’excédents de viandes et les  dégâts que l’on connaît en matière d’environnement et de désertification rurale,

–  a réduit fortement la production européenne de protéagineux et d’oléagineux, au point que l’UE est aujourd’hui extrêmement dépendante des importations ,

En 1993, l’UE a signé avec les USA l’accord de Blair House, qui entérine cette distorsion et plafonne même la surface  en oléagineux de l’UE !

  1. l’UE  doit diminuer sa dépendance, mieux utiliser ses sols, et changer les modes de production.

Il s’agit bien d’une question de souveraineté alimentaire : l’UE ne peut rester aussi dépendante pour nourrir ses animaux d’élevage. Une agriculture et un développement durable  vont de pair avec une utilisation de protéines végétales et graisses végétales, produites sur les sols européens, pour nourrir le bétail.

Les réformes successives de la PAC n’ont pas eu le courage  de modifier ce point central, mais il n’est jamais trop tard : l’actualité impose d’aller au cœur des problèmes.

La CPE propose donc de réorienter la PAC et la négociation OMC de la manière suivante :

  • rétablissement de la préférence communautaire pour les aliments du bétail
  • suppression du plafonnement de la surface en oléagineux de l’UE
  • mesures très incitatives pour rééquilibrer dans l’UE la  production d’oléo-protéagineux  aux dépends des céréales
  • priorité donnée à la souveraineté alimentaire par rapport aux intérêts commerciaux.
  1. La CPE demande transparence, sûreté , et responsabilité.

La production de l’alimentation animale a échappé en grande partie aux agriculteurs pour devenir une affaire prospère entre les mains d’industriels, qui va de pair avec l’industrialisation de la production de viande. Une part importante de l’alimentation animale est  achetée à l’industrie sous forme d’aliments composés, sans étiquetage précis de leur origine et composition exactes.

La course au plus bas prix a conduit cette industrie à utiliser des produits, sous-produits, déchets,… de plus en plus éloignés des besoins naturels des animaux .

 La CPE fait les propositions suivantes :

  • une politique active pour soutenir la production de viande et produits animaux à partir des aliments de la ferme, avec des modes de production non industrialisés, et des circuits commerciaux courts.
  • modifier la PAC pour qu’elle favorise les productions laitière, bovine et ovine à partir des pâturages.
  • transparence totale et traçabilité de l’alimentation animale : Il en va de la crédibilité des fabricants d’aliments : la composition complète et détaillée, ainsi que l’origine des produits doivent être étiquetés.
  • établir une liste positive des produits autorisés pour l’alimentation aniamle.
  • renforcement des contrôles au niveau des usines de fabrication d’aliments .
  • aggravation des sanctions et responsabilisation des firmes en cas de fraude : ce n’est pas aux contribuables de payer les dégâts.
  • enquête approfondie sur le secteur des déchets afin d’identifier tous les liens possibles avec la chaîne alimentaire et enquête approfondie sur le système du transport (il y aujourd’hui un grand laxisme, des camions transportant tour à tour des produits industriels et des produits alimentaires (3).
  • Abandon total de toute matière carnée encore présente dans l’alimentation des    herbivores (farines et graisses animales)
  • interdiction des farines et graisses animales pour les porcs, volailles, poissons tant que les propositions précédentes n’auront pas été mises en œuvre. Une solution transitoire doit être étudiée pour l’utilisation à des fins non alimentaires des déchets d’abattoirs.
  • interdiction des OGM en agriculture et transformation alimentaire.
  • La proposition du Parlement Européen , soutenue par les USA, de créer une agence comparable à la Food and Drug Administration est à prendre avec circonspection, estime la CPE : la composition de la FDA est en  effet trop liée à des intérêts commerciaux, comme l’a montré le dossier BST (hormone laitière).

(1) voir aussi communique du 3 juin

(2) voir texte CPE sur l’alimentation du bétail – 1995

(3)voir article magazine « Humo » 15/6/99 – B –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :